Après le confinement, la reprise au Nouveau Théâtre de Montreuil

Un article de Rosita Boisseau pour Le Monde – 23 mai 2020

« A Montreuil, une rentrée théâtrale à pas comptés. La metteur en scène Alice Laloy a ouvert le Nouveau Théâtre avec des auditions de musiciens. (…) Death Breath Orchestra fera sonner un orchestre de cinq musiciens à cuivre autour d’un « monde asphyxié ». Un brin ironique lorsqu’on se surprend à suffoquer comme une carpe sous son masque. »

Télécharger l’article complet

 

Toison d’or

Les Inrockuptibles le 11 mars 2020

« Avec À poils, Alice Laloy invente un conte contemporain à la croisée de deux mondes en lâchant ses ogres velus au milieu de ceux que l’on désigne comme leurs proies. (…) Apprivoiser l’autre en dépassant ses peurs est au coeur des enjeux de cette fable à expérimenter en live. »

Télécharger l’article complet

 

Poils à gratter

Un article de Christophe Schneider pour Dernières Nouvelles d’Alsace – 6 mars 2020

« Spectacle pour le jeune public mais aussi performance, À poils cache bien son jeu, assemblant très discrètement, au nez et à la barbe de tous, les pièces d’un puzzle dont l’ensemble se dévoile forcément pile poil au bon moment. »

Télécharger l’article complet

 

Décoiffant !

« Un spectacle pour les bouts de choux avec trois rodages avec blousons en cuir, tatouages et poils partout façon ogres new génération, tel est le concept farfelu de la nouvelle création signée La compagnie s’Appelle Reviens, portée par la rêveuse en chef Alice Laloy. »

Un article de Aurélie Vautrin pour NOVO – février 2020

 

Pinocchio (live) ou la danse des enfants-pantins

« la Biennale Internationale des Arts de la Marionnette, portée par le Mouffetard – Théâtre de la marionnette à Paris, a invité Alice Laloy et sa Cie S’Appelle Reviens à présenter pour la première fois la performance Pinocchio (live). La proposition est absolument réussie, et construit, malgré tout, une attente qui se résout dans un final magnifique. Beau, intelligent, fascinant : bienvenue à la frontière trouble où l’enfant et le pantin se confondent ! »

Un article de Mathieu Dochtermann pour Toute la Culture, mai 2019

Lien vers l’article en ligne

 

Pinocchio (live) : Rituel pour des métamorphoses

« Pinocchio (live) s’inscrit dans la continuité de cette recherche sur la vie cachée de la marionnette. (…) Comme l’exposition [Pinocchio(s)], elle ancre ainsi la fiction dans la vie. Dans une quotidienneté qui participe d’une sorte de réalisme magique. D’une étrangeté d’autant plus perturbante qu’elle est basée sur un rejet de toute illusion de réel. Car davantage que le récit pour enfants dont elle reprend le titre, c’est son propre processus de création qu’Alice Laloy donne à voir dans Pinocchio (live). À travers un rituel qui prend à rebours le cycle de vie et de mort habituel de la marionnette. »

article par Anaïs Heluin pour Scèneweb, mai 2019

Lien vers l’article