Pinocchio(s)

 

Exposition à géomatrie variable.

La première exposition a eu lieu en 2017 à l’occasion du Festival Mondial des Arts de la Marionnette.

 

Conception, Maquillages & Costumes Alice Laloy

Photographies Elisabeth Carecchio (Série 1&2) & Alice Laloy (Séries 3 & suites)

 

Production La Compagnie S’appelle Reviens

Pour les séries 1 à 6 réalisées en France. Avecle soutien du TJP CDN de Strasbourg - Grand Est, Le Mouffetard, théâtre des Arts de la Marionnette, Le festival Mondial des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières

 

Pour les séries 7 à 9 réalisées en Mongolie. Avecle soutien de l'Institut Français dans le cadre de la Résidence Hors les Murs, l'Alliance Française à Oulan Bator, l'Amabassade de France en Mongolie

 

Pour la série 10 réalisées Au Québec. Co-production du Festival International des Arts de la Marionnette de Saguenay. Avec le soutien du consulat de France à Québec.

 

La Compagnie S’Appelle Reviens est conventionnée par la DRAC Grand Est.

 

 

La recherche photographique « Pinocchio(s) » renverse le processus de recherche de réalisme des arts de la marionnette. Plutôt qu’animer l’inanimé, il s’agit avec d’aller du vivant au pantin.

 

Invitée à réaliser la première de couverture d’un magazine consacré aux arts de la marionnette, Alice Laloy choisit de dialoguer avec le mythe de Pinocchio. Plus précisément, elle s’intéresse à l’instant de la métamorphose du pantin en humain.

 

Pinocchio(s) est une interprétation libre du mythe à partir d’une interrogation plastique : « À quoi ressemble le corps de l’enfant-pantin quand il passe de son corps de bois à son corps de chair ? J’imagine qu’il existe une infime fraction de temps où on ne sait plus si on est face à un pantin ou face à un enfant? ». Parallèlement, faisant allusion aux marionnettes réalistes contemporaines, Alice Laloy s’amuse avec la recherche de réalisme et par le biais d’un truchement simple de maquillage, elle inverse le procédé et transforme son enfant en marionnette.

 

Cherchant à figer cette transformation, elle la photographie et intitule la photo Pinocchio 0.0. Pinocchio 0.0 devient le point de départ d’une recherche constituée de plusieurs séries de photographies d’enfants réalisées en France et à l’étranger. Chaque image est une nouvelle tentative de saisir le trouble qui caractérise la marionnette d’être à la fois Objet et Sujet, inanimée et animée.

 

Poussée par l’urgence d’approfondir le travail sur la désarticulation des corps, Alice Laloy se met en quête d’un contexte géographique présentant une forte tradition des arts de la contorsion.

 

Lauréate de la bourse Hors les murs de l’Institut Français en 2017, elle poursuit sa recherche en Mongolie, collaborant avec trois écoles de contorsion.

 

L’exposition est constituée à ce jour de 45 tirages.

 

 

Voir le calendrier

Télécharger le dossier

Télécharger le portfolio